Wavelength

Experimental Film and Video
Canada 1967. Dir: Michael Snow. 45 min. 16mm

FREE SCREENING! | Canadian master Michael Snow’s 1967 milestone is one of avant-garde cinema’s most celebrated and influential works. The film consists of a single, continuous, 45-minute zoom shot across a room (the artist’s New York loft), set to a steadily increasing sine wave of sound. There are several episodes of human “drama” and various structuralist elements (superimpositions, splicey jumps, variations in light, colour, and film stock) disrupting things along the way. “Wavelength is without precedent in the purity of its confrontation with the essence of cinema: the relationships between illusion and fact, space and time, subject and object. It is the first post-Warhol, post-Minimal movie” (Gene Youngblood).

SÉANCE GRATUITE! | Signé par Michael Snow en 1967, Wavelength figure parmi les œuvres les plus marquantes et les plus célébrées du cinéma d’avant-garde. Le film est constitué d’un plan unique et continu : un zoom de 45 minutes dans une pièce (le loft de l’artiste à New York) accompagné d’une onde sinusoïdale qui augmente progressivement. Il contient plusieurs « drames » humains et éléments structuralistes (surimpressions, ruptures et variations de lumière, de couleur ou de pellicule) qui perturbent le cours des choses. « Wavelength se démarque par la pureté avec laquelle il confronte la nature même du cinéma : les rapports entre l’illusion et les faits réels, l’espace et le temps, le sujet et l’objet. Il s’agit du premier film post-Warhol et post-minimal. » (Gene Youngblood)


— followed by / suivi de —

 

 

 

 

Trapline
Canada On Screen: Experimental Film and Video

Canada 1976. Dir: Ellie Epp. 18 min. 16mm

FREE SCREENING! | The debut film of Alberta-born, B.C.-based artist and poet Ellie Epp is a work of unparalleled lyricism in Canadian cinema, experimental or otherwise. Shot on 16mm in London (but completed in Vancouver), the film consists of twelve elegant, elliptical scenes at a public bath house, separated by lengths of blank leader that underscore the images’ material substrate. A self-acknowledged “battle between structuralism and beauty,” Trapline distinguished Epp as an artist of uncommon tenderness and intellectual quietude.

SÉANCE GRATUITE! | Le premier film d’Ellie Epp, une poète née en Alberta et maintenant basée en Colombie-Britannique, est caractérisé par un lyrisme sans égal dans le cinéma canadien, le cinéma expérimental et l’histoire du cinéma en général. Tournée en 16 mm dans des bains publics à Londres (mais achevée à Vancouver), l’œuvre se divise en 12 scènes élégantes et elliptiques entre lesquelles sont insérées des bandes-amorces vierges qui soulignent le support matériel de l’image. Décrit par l’artiste comme une « lutte entre le structuralisme et la beauté », Trapline a mis de l’avant la tendresse et la quiétude intellectuelle extraordinaires qui ont assuré la renommée d’Epp.

In Person: Ellie Epp
En présence de : Ellie Epp


* * * * * * * * * * * * *

This special Canada on Screen presentation of Wavelength and Trapline screens in conjunction with The Cinematheque’s monthly DIM Cinema program. Tickets will be available on a first-come, first-served basis starting at 7:00pm on Wednesday, June 28. For more information, call 604.688.8202.

Cette projection spéciale Canada à l’écran de Wavelength et Trapline est présentée en collaboration avec le programme mensuel DIM Cinema de The Cinematheque. Les billets seront disponibles à partir du mercredi 28 juin à 19 h, selon le principe du premier arrivé, premier servi. Pour plus de renseignements : 604-688-8202.