The Bitter Ash

Canada On Screen: Feature Films
Canada 1963. Dir: Larry Kent. 79 min. DCP

FREE SCREENING | In 1963, a 26-year-old UBC student named Larry Kent wrote and directed the first modern and truly Canadian feature made in Vancouver. Produced for a mere $5,000, this stylish, scandalous drama set against the sexual revolution was also, arguably, the first modern English-Canadian feature, predating Donald Owen’s Nobody Waved Goodbye by a year. Kent’s brash film follows the sexual shenanigans of a young man torn between adult responsibility and the freedoms offered by the emerging counterculture. Set to a free jazz score and imbued with New Wave visual energy, The Bitter Ash announced itself as something new and vital in Canadian cinema. A notorious nude scene saw it banned in many locales, but also made it highly popular on Canadian campuses! “A big piece of Canadian and B.C. film history ... The Bitter Ash is to Vancouver what La Dolce Vita is to Rome” (Brett Enemark).

SÉANCE GRATUITE | En 1963, un étudiant de l’UBC de 26 ans nommé Larry Kent a scénarisé et réalisé ce premier long métrage canadien moderne fait à Vancouver. Créé un an avant Nobody Waved Goodbye de Donald Owen, et produit avec à peine 5 000 $, ce drame stylisé et scandaleux ayant pour contexte la révolution sexuelle est considéré comme le premier long métrage canadien moderne. L’audacieux film de Kent suit les aventures sexuelles d’un jeune homme déchiré entre les responsabilités de la vie adulte et la liberté que lui offre la contre-culture en pleine émergence. Faisant appel à une trame sonore free jazz et à une énergie visuelle rappelant la Nouvelle Vague, The Bitter Ash s’est imposé comme une œuvre nouvelle et capitale. Une désormais célèbre scène de nudité a entraîné la censure du film dans plusieurs villes, mais l’a aussi rendu très populaire dans les campus universitaires! « Un grand pan de l’histoire cinématographique du Canada et de la Colombie-Britannique… The Bitter Ash est à Vancouver ce que La dolce vita est à Rome. » (Brett Enemark)

+

The Supreme Kid

Canada 1976. Dir: Peter Bryant. 90 min. DCP

FREE SCREENING | Rare screening! Writer-director Peter Bryant’s amiable comedy was the first feature made by an alumnus of the SFU Film Workshop, an important incubator of 16mm filmmaking in the 1960s and 1970s. (“What the Workshop does,” Bryant said in a contemporary Cinema Canada article, “is get people involved who are really interested in making films. No courses, nothing. That’s all they want to do.”) His episodic road movie follows Ruben (Frank Moore) and Wes (Jim Henshaw), two hippy-hobos who meet motley characters and have misadventures as they drift around B.C. Helen Shaver has one of her first big-screen roles, as does Terry David Mulligan. Praised for its easy-going attitude and feel for character and pacing, The Supreme Kid was one of the first B.C. indie features to screen at an international festival, appearing at Karlovy Vary (and Toronto). DCP courtesy of Library and Archives Canada.

SÉANCE GRATUITE | Une projection rare! Cette charmante comédie du scénariste et réalisateur Peter Bryant a été le premier long métrage réalisé par un ancien participant du SFU Film Workshop, un grand incubateur pour les réalisations en 16 mm dans les années 1960-1970. (Dans un article de Cinema Canada, Bryant a indiqué que le Workshop faisait appel à des gens vraiment intéressés par la réalisation, et qui ne voulaient que faire des films, pas suivre des cours.) Son road movie épisodique suit Ruben (Frank Moore) et Wes (Jim Henshaw), deux hippies vagabonds qui font des rencontres variées et subissent des mésaventures en parcourant la Colombie-Britannique. Helen Shaver y campe l’un de ses premiers rôles au grand écran, tout comme Terry David Mulligan. Salué pour son esprit décontracté et son sens des personnages et du rythme, The Supreme Kid a été l’un des premiers films indépendants britanno-colombiens à être présenté dans les festivals internationaux (Karlovy Vary et Toronto). Le DCP est offert par Bibliothèque et Archives Canada.

There will be a 15-minute intermission between The Bitter Ash and The Supreme Kid.
Il y aura un entracte de 15 minutes entre The Bitter Ash et The Supreme Kid.

- - - - - - - - - - - - - - -

Introduced by David Spaner, author of Dreaming in the Rain: How Vancouver Became Hollywood North by Northwest (2003).

Introduction par David Spaner, auteur de Dreaming in the Rain: How Vancouver Became Hollywood North by Northwest (2003).


* * * * * * * * * * * * *

This special Canada on Screen presentation of The Bitter Ash screens in conjunction with The Image Before Us: A History of Film in British Columbia - Take 3. Tickets will be available on a first-come, first-served basis starting at 6:00pm on Monday, January 30. For more information, call 604.688.8202.

Cette projection spéciale de The Bitter Ash est présentée par Canada à l’écran en association avec The Image Before Us: A History of Film in British Columbia - Take 3. Les billets seront disponibles à partir du lundi 30 janvier à 18 h, selon le principe du premier arrivé, premier servi. Pour plus de renseignements : 604-688-8202.